Suite de notre interview avec six conseillers départementaux. Dans ce second volet, ils anticipent les missions prioritaires à venir.

Paul Carrère, président de la Commission des affaires sociales et du logement et de la Commission de l’administration générale et du personnel

Notre première mission pour le déconfinement, c’est de redonner confiance et envie aux gens pour un retour à la vie normale : en sécurisant le plus possible les conditions sanitaires, et en accompagnant les personnes les plus vulnérables et les structures qui s’en occupent, notamment les CIAS.

Muriel Crozes, membre de la Commission permanente

Après le 11 mai, les conseillers départementaux devront être à l’écoute des élus locaux, des professionnels (de l’entreprise, de l’agriculture, du commerce) mais aussi des associations, celles qui ont été sur le terrain bravant tous les risques, et les autres qui font un travail formidable dans bien des domaines. Notre vigilance doit continuer à être forte pour les personnes vulnérables et fragilisées par ce contexte économique : jeunes, familles, personnes porteuses de handicaps…. Nous devrons faire remonter les difficultés exprimées, travailler ensemble pour être efficace, s’assurer d’une équité territoriale et n’oublier aucun Landais en difficulté…

Catherine Delmon, vice-présidente de la Commission des affaires sociales et du logement

Dans les semaines qui viennent, notre priorité restera de favoriser le vivre ensemble dans notre ville de Saint-Paul-lès-Dax. Dès que les conditions sanitaires l’autoriseront, nous recommencerons à proposer des animations en ce sens.

Rachel Durquéty, présidente de la Commission des affaires culturelles

Après le 11 mai, ma priorité sera de revenir le plus vite possible au contact des citoyens ! On ne mesure pas encore tous les impacts de ce confinement, ni tous les risques psycho-sociaux… Je suis une élue de terrain, je connais ce territoire, je souhaite être aux côtés de tous ceux qui auront besoin d’écoute, de soutien, de conseils… Nous n’aurons pas d’argent à distribuer à tout le monde mais il nous faudra au moins être un relais efficace des besoins précis des citoyens.

Muriel Lagorce, présidente de la Commission de l’éducation, de la jeunesse et des sports

Tout le monde s’accorde à dire que la période du confinement a mis en exergue les inégalités de tous ordres. Elle en a été le révélateur, voire l’amplificateur. Le Département se devra d’accompagner tous les acteurs de notre territoire, dans le cadre de ses compétences définies par la loi : personnes âgées, personnes en situation de handicap, associations, partenaires sociaux, acteurs du tourisme, etc. L’entraide, la solidarité et la cohésion seront plus nécessaires que jamais pour gérer au mieux cette période particulière.

Monique Lubin, sénatrice des Landes

Il y aura de la casse psychique et sociale. Il faudra continuer à protéger les gens et, en amont, à soutenir les entreprises dans tous les secteurs d’activité (industrie, artisanat, agriculture, commerce) pour qu’il y ait le moins de licenciements possible.

Au plan national, il faudra retenir certaines leçons. La crise a révélé que nous ne sommes plus un pays indépendant, notamment dans la filière pharmaceutique. Il y a des tas de composants de médicaments que nous ne produisons plus.

Ce que le confinement a mis en lumière, c’est aussi que les fameux derniers de cordée sont en réalité les premiers de cordée. Si on a continué à être soigné et à manger, c’est grâce aux agriculteurs, aides à domicile, transporteurs, caissiers, etc. Et dans le lot, comme souvent en situation de crise, il y a beaucoup de femmes. Il va falloir revoir nos priorités.